Pourquoi ce blog?

Ce blog n'engage que son auteur. Pour le moment les commentaires y sont libres et tout à fait acceptés. Merci d'y préserver les bonnes mœurs et la politesse. Les billets ne contiennent que des productions personnelles de l'auteur. Si certaines questions vous taraudent, n’hésitez pas à m'écrire, je pourrais faire de votre question, un sujet de réponse pour un prochain billet. Si vous souhaitez trouver des recommandations de lectures portant sur des livres d'arts martiaux en général, de self-defense, d'entrainement, ou de développement personnel,voyez mon autre blog! :-)

mardi 18 septembre 2018

Les petits bobos des arts martiaux

C'est l'heure de la reprise, on est motivé et gaillard à l'idée de réveiller l'âme du pratiquant… Parfois ces bonnes intentions entraînent des petits débordements et des petits accidents… et puis il y a aussi les tonnes d'informations qu'on reçoit de tous les côtés, des conseils médicaux à la radio ou à la TV, des collègues qu'on entend discuter à la machine à café, de votre beau-frère qui vous raconte comment il a géré son entorse pendant son dernier trek : Du chaud, du froid, un bandage, surtout pas de bandage, désinfecter tous les jours ou mettre un pansement et ne plus y toucher… Tout ce mélange, on confond un peu… L'article suivant est là pour essayer d'y voir un peu plus clair ...

Alors à l'occasion de la lecture de l'excellent livre "Guide des Premiers Soins du Sportif", c'est une bonne opportunité d'un petit rappel général orienté vers les blessures les plus courantes dans les arts de combat. 

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, n'hésitez pas à vous procurer le livre, le club en aura d'ailleurs un exemplaire à disposition dans quelques semaines. Il présente en une centaine de fiches les blessures les plus courantes de la bobologie au traumatisme grave, avec à chaque fois, la conduite à tenir sur le moment, dans les heures qui suivent et sur un plus long terme. Il y donne quelques trucs et astuces, et référence les erreurs les plus courantes qui aggravent souvent la situation, les petits trucs pour éviter les problèmes. Bref, un bon rappel pour tous, du sportif averti qui veut se prémunir et aider ses camarades d'entraînement à l'instructeur ou le professeur qui a appris tout cela mais pour qui une piqûre de rappel ne fait pas de mal. Le livre détaille aussi photos à l'appui les différents pansements, bandages, strappings, tappings que l'on peut faire. 

Cela va s'en dire, mais cela va encore mieux en le disant : Cet article ne vous dispense aucunement de vous rapprocher d'un professionnel de santé dès que possible en cas de blessures surtout si la douleur ou les symptômes ne diminuent pas au bout de 24h… C'est souvent le signe d'une aggravation. Aucunement cet article ne vise à vous économiser une visite chez le médecin, il est simplement là pour rappeler les bons réflexes, éviter une aggravation et préparer l'intervention des professionnels et en cas de doute, n'hésitez pas à appeler les pompiers (18) ou le SAMU (15). 

Nous rappellerons donc ici uniquement, la conduite à tenir lors de la survenue de l'accident / de la blessure, immédiatement et souvent avec les moyens du bord. 

Pour ceux qui veulent la conduite à tenir sur le moyen terme et sur le long terme ainsi que des planches techniques propres sur les pansements, bandages,… reportez-vous à l'excellent ouvrage mentionné plus haut. Les conseils donnés ici, même si pour la plupart, sont transposables à une autre activité, restent quand même orientés pour les arts martiaux, sports de combat et méthodes de self défense : notamment, l'arrêt de la pratique est presque toujours possible immédiatement. La situation est forcément différente par exemple lors d'une randonnée où il faut parfois continuer de marcher avec une blessure pour rentrer au camp de base. 

1 - Petits bobos d'entrainement… 



  • Crampes (une douleur vive qui survient suite à une contraction involontaire et intense d'un muscle, souvent suite à un effort prolongé du muscle) 
=> Étirement lent du muscle concerné pendant au moins 30s + Massage de la zone douloureuse pour favoriser son drainage local. 


  •  Contractures (une douleur importante due à une contraction involontaire et durable d'une zone relativement étendue en général le bas du dos, le haut des cervicales) 
=> La chaleur : Compresses chaudes, douche chaude, bain chaud + Massage léger avec pommade relaxante (Decontractyl, Aroma Baume, Nifluril…). 

  • Courbatures (douleurs musculaires diffuses suite à un effort souvent 1 jour à 2 jours après l'entrainement)
=> Le froid : Douche froide (au moins 10 min), bain avec glace, massage avec une bouteille d'eau mise au congélateur. 

  • Brûlures cutanées (Épiderme mis à vif par frottement en général le tatami ou certains plis de la tenue d'entrainement à cause de la répétition des mouvements) 
=> Rincer la plaie avec une solution de type Biseptine ou Bétadine + Pansement Gras. 

  • Ampoules (Frottement répété de la peau entraînant un décollement de l'épiderme dans lequel se trouve du sang ou de la lymphe) 
=> Ampoule ouverte : Désinfecter correctement et sécher bien la plaie puis coller un pansement spécial "seconde peau" (Coverplast, Compeed…).
=> Ampoule fermée : Percer l'ampoule (en 2 endroits c'est encore mieux avec un fil pour permettre l'écoulement) puis coller un pansement spécial "seconde peau" (Coverplast, Compeed…). 

2 - Petits accidents sportifs 



  • Doigts dans l'œil (on parle ici d'un traumatisme bénin accidentel et non d'un traumatisme important type "balle de squash" ou fracture du plancher orbital) 
=> Rincer l'œil abondamment avec du sérum physiologique et retirer les lentilles de contact si la personne en porte), en l'absence de troubles visuels quelques gouttes de collyre cicatriciel + consulter un ophtalmologiste si la douleur ne diminue pas. 

  • Œil au beurre noir (hématome de la paupière dû à un choc en général un coup de poing dans l'œil et parfois sur le nez) 
=> Allonger le sportif pour diminuer la douleur pulsatile dans l'œil, appliquer de la glace (avec une poche, surtout pas de bombe de froid) en protégeant l'œil avec une compresse et comprimer la zone (avec un fer à pommettes ou à défaut une petite spatule en bois). 

  • Arcade sourcilière (hématome de l'arcade sourcilière qui peut parfois avoir éclaté en entraînant une plaie qui devra être fermée chirurgicalement) 
=> Arcade fermée : Allonger le sportif pour diminuer la douleur pulsatile dans l'œil, appliquer de la glace (avec une poche, surtout pas de bombe de froid) en protégeant l'œil avec une compresse et comprimer la zone avec un pansement compressif.
=> Arcade ouverte : Se laver les mains et porter des gants stériles, comprimer la plaie avec un pansement hémostatique (Stop-Hémo,… ) ou une compresse stérile à défaut. 

  • Coup au plexus ou à l'abdomen (blessure fréquente dans nos sports, le sportif a en général le souffle coupé et une difficulté à respirer) 
=> Aider le sportif à s'accroupir pour relâcher les muscles abdominaux et le diaphragme, le guider vers une respiration lente et calme… Normalement la reprise est possible au bout de quelques minutes… Si la respiration ne revient pas au bout de quelques minutes, évacuez d'urgences vers l'hôpital. 


  • Coup dans le triangle génital (le port de la coquille devrait prémunir de ce type d'accident!! Il survient souvent avec un coup de pied ou coup de genou mal placé, le sportif a du mal à tenir debout, il est souvent plié en 2, parfois s'écroule voire perd momentanément connaissance - malaise vagal) 
=> Installer le sportif semi-assis et l'assister pour ne pas qu'il tombe. Desserrer les vêtements, le short, la coquille et tout ce qui peut comprimer… Marcher ou sautiller sur les talons peut aider si le sportif en est capable! 

  • Coup dans le nez / Saignements de nez / Épistaxis (blessure fréquente due à un mauvais coup de poing ou tout simplement un mouvement brusque lors du travail au sol par exemple) 
=> Pencher la tête en avant, favoriser l'écoulement du sang, se moucher alternativement d'un côté puis de l'autre puis comprimer avec les doigts les narines en haut du nez. Si le saignement ne s'arrête pas, utiliser des pansements hémostatiques (Coalgan,…). 

  • Contusion Osseuse (douleur vive conséquente à un choc violent sur un os, en général dans nos sports, c'est souvent le tibia, le coude… parfois le choc est suivi d'un gonflement… 
=> Le froid : Du froid, beaucoup de froid. Une bombe de froid puis poser un bandage serré pour éviter la diffusion d'un hématome… Et aller chercher une crème à l'Arnica pour la soirée… 

  • Contusion Musculaire (douleur vive résultant d'un choc violent qui a écrasé une quantité non-négligeable de fibres musculaires, un hématome plus ou moins diffus peut apparaître, la béquille dans le milieu de la cuisse en est le bon exemple… La douleur peut être suffisamment sérieuse pour empêcher le mouvement. 
=> Le froid : Du froid, beaucoup de froid. Une bombe de froid puis poser un bandage élastique pour éviter la diffusion d'un hématome… 

3 - Trucs plus sérieux 


  • Côte(s) fêlée(s) / cassée(s) (douleur importante lourde, oppressante, difficultés et gênes respiratoires… typique lors d'un coup important au thorax ou lors d'une projection où un des partenaires tombe lourdement sur l'autre) 
=> Se placer dans la position la plus confortable pour le sportif, appliquer un bandage de contention circulairement autour du thorax pour maintenir la cage thoracique sans pour autant gêner la respiration et se diriger vers l'hôpital pour une radio du thorax. 

  • Claquage : contracture, élongation, claquage, déchirure, rupture (douleur vive très aigüe suite à la rupture de plusieurs fibres musculaires, le niveau de douleur dépend du stade de développement du nombre de fibres rompues) 
    • Contracture (quelques fibres touchées, pas d'atteinte de l'enveloppe, pas d'hématome - Stade 1) 
    • Elongation (plusieurs fibres touchées, atteinte de l'enveloppe du muscle, pas d'hématome - Stade 2) - Douleur brutale mais le mouvement est encore possible. 
    • Claquage (très nombreuses fibres touchées, atteinte de l'enveloppe du muscle, formation d'un hématome plus ou moins important - Stade 3) - Douleur très importante et partiellement invalidante, le sportif boite par exemple si le claquage est à la jambe. 
    • Déchirure / Rupture (Rupture totale ou partielle du muscle ou désinsertion du tendon, formation rapide d'un hématome important - Stade 4) - Douleur très importante et invalidante, impossibilité à utiliser le membre lésé. 
=> Comprimer immédiatement la zone lésée par un bandage compressif pendant 10 min afin d'éviter la propagation de l'hématome puis appliquer de la glace pendant 20 min… 

  • Entorses / Foulures / Luxations (Douleur importante d'une articulation qui a été contrainte dans une direction non prévue et brutalement… souvent suivie ensuite d'une phase moins douloureuse avant réapparition plusieurs heures après d'une douleur crescendo, la luxation est le stade plus important car les extrémités osseuses ont été déplacées et ne sont plus correctement positionnées, ce qui est visible à l'œil nu sur le sportif) 
=> Appliquer dans tous les cas le protocole RGEC : Repos - Glaçage - Elévation - Contention. Arrêt sportif immédiat, puis glaçage 20 min , mettre en hauteur le membre lésé et contention de l'articulation pour soulager les fibres lésées.
  • Doigts / Orteils : Strapping du doigt ou de l'orteil avec le voisin (pour le pouce, attention strapping spécial)
  • Cheville : Strapping et éventuellement béquilles
  • Épaule (acromio-claviculaire résultant souvent d'une mauvaise chute roulée sur l'épaule) : Bras en écharpe
Dans tous les cas, aller faire des examens complémentaires : radio et plus si affinités. Seul un médecin compétent pourra dire quelle est l'importance de la lésion. Attention notamment aux petites entorses sur les doigts, elles peuvent se remettre seules, mais parfois se remettent mal et on perd souvent un peu de souplesse et/ou de force dans un ou plusieurs doigts à cause d'une entorse mal soignée… N'économisez pas un rendez-vous chez le médecin, le monde des sportifs est plein de gens qui se plaignent d'une cheville fragile sur laquelle ils ont des entorses à répétition, c'est la définition d'une entorse mal soignée la première fois!! Ne tombez pas dans le piège!

  • Tendinite / tendinopathie (douleur localisée sur une articulation, le niveau de douleur dépend du stade de développement de la pathologie) 
    • Douleur après l'effort puis disparaissant (Stade 1)
    • Douleur au début de l'effort et persistant un peu après la séance (Stade 2) 
    • Douleur permanente à l'effort et empêchant l'activité (Stade 3A) 
    • Douleur permanente à l'effort et persistant dans la vie quotidienne (Stade 3B) 
    • Douleur aigüe et rupture du tendon (Stade 4) 
=> Plus le traitement est lancé tôt et moins la rémission est longue et difficile, ne trainez pas! Dans l'immédiat du repos, de la glace (15 à 20 min de glace toutes les 4 ou 5 heures!) et des étirements passifs pour soulager lors des phases aigües - Puis aller voir un médecin et demander une IRM ou une échographie pour savoir précisément quel(s) tendon(s) est / sont touché(s) - Ensuite rééducation posturale (identifier les mouvements problématiques, les corriger, remuscler correctement, corriger les déséquilibres, etc…)

Voilà un petit guide de secours pour faire face à la blessure quand elle survient... Encore une fois, n'hésitez pas à vous orienter vers un professionnel de santé et en cas de doute, appelez les services d'urgences médicales. A apprendre par cœur pour tous les encadrants, instructeurs, assistants, professeurs et pour tous les sportifs voulant être du côté de ceux qui donnent un coup de main en cas de blessures plutôt que de ceux qui paniquent en ajoutant un stress ambiant!! :--)

Et si les présidents de club veulent bien se mettre sur cette base à re-checker les différentes trousses de soin d'urgence à disposer dans les salles et dans leur sac sur la base ce livre, ils seront fortement admirés et remerciés pour cela!!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire