Pourquoi ce blog?

Ce blog n'engage que son auteur. Pour le moment les commentaires y sont libres et tout à fait acceptés. Merci d'y préserver les bonnes mœurs et la politesse. Les billets ne contiennent que des productions personnelles de l'auteur. Si certaines questions vous taraudent, n’hésitez pas à m'écrire, je pourrais faire de votre question, un sujet de réponse pour un prochain billet. Si vous souhaitez trouver des recommandations de lectures portant sur des livres d'arts martiaux en général, de self-defense, d'entrainement, ou de développement personnel,voyez mon autre blog! :-)

mardi 1 mars 2016

Exercices Techniques pour tous : "KIHON MOCHIZUKI"

Les anciens pratiquants connaissent bien cet exercice... mais il tombe un peu dans l'oubli... Les KIHON MOCHIZUKI constitue un travail remarquablement pédagogique, extrêmement riches et qui est probablement un équivalent au KIHON de KARATE. Il se travaille à tout niveau de pratique, car on peut toujours le complexifier et de plusieurs manières. Ainsi on peut tout autant travailler les techniques, les principes, les degrés d'applications, etc...
Revue d'un exercice qui tient en quelques lignes mais qui peut vous apporter 10 ans de travail au bas mot... ...et des leviers de progressions colossaux.

1 - KIHON "MOCHIZUKI"...


C'est le nom de cet exercice, mais il nous vient de Minoru MOCHIZUKI... A ceux qui ne le connaissent pas... quelques éléments de son cursus martial... 
  • Il a été l’un des élèves directs de Jigoro Kano (fondateurs du JUDO), de Morihei UEASHIBA (fondateur de "l'AIKIDO") et de Gichin FUNAKOSHI (fondateur du KARATE DO SHOTOKAN). Peu de Maître peuvent se targuer d'avoir été l'élève des 3 grands rénovateurs. 
  • Détenteur de plus de 60 DAN... il était : 
    • 10ème DAN d'AIKIDO et MEIJIN
    • 8ème DAN JUDO de l'IMAF
    • 7ème DAN JUDO KODOKAN
    • 9ème DAN de NIHON JUJITSU et HANSHI
    • 7ème DAN de IAIDO et KYOSHI
    • 8ème DAN de KATORI SINTO RYU et HANSHI
    • 5ème DAN de JO JITSU et RENSHI
    • MENKYO de la très ancienne GYOKUSHIN SUTEMI RYU JUJITSU...
    • 5ème DAN de KENDO
    • 5ème DAN de KARATE
  • C’est l’artisan majeur de la réunification des JUJITSU Japonais et des anciens arts Okinawaiens KOBUJUTSU. 
  • Il est pratiquement à l'origine (parfois à 3 générations) de tous les pratiquants de JUJITSU traditionnel... Il a formé les premiers professeurs comme Roland HERNAEZ, Alain FLOQUET, Jim ALCHEICK, et un certain Philippe RENAULT...  Des élèves chez qui bon nombres de professeurs sont passés il y a 60 ans... 
  • Accessoirement et pour la petite histoire : c'est lui le président d’honneur de la NBJS et il a également dessiné le MON de notre école...  
Rem : ne pas confondre, le YOSEIKAN (qui était le nom de son DOJO d'origine à SHIZOUKA) et le YOSEIKAN BUDO, discipline fondée par son fils Hiroo MOCHIZUKI qui a synthétisé et adapté les enseignements de son père à une pratique plus moderne (cela reste une discipline proche).

2 - 16 attaques pour 16 défenses

L'exercice peut paraître simple a priori...  Sur 16 attaques basiques et unitaires (pas de réactions d'UKE, il s'agit juste d'un KIHON technique)... TORI doit tenter de placer 16 techniques... 4 par DAN... Ainsi voici la liste des 16 attaques et des 16 défenses...

2.1 - Les défenses que TORI doit parvenir à exécuter...

  • Pour le SHODAN : 
    • KOTE GAESHI
    • KOTE MAWASHI
    • KOTE HINERI
    • UDE OSAE
  • Pour le NIDAN
    • WAKI GATAME
    • SHIHO NAGE
    • JUJI GARAMI
    • TEMBIN NAGE
  • Pour le SANDAN
    • HACHI MAWASHI
    • IRIMI NAGE
    • UDE GARAMI
    • UDE HISHIGI
  • Pour le YONDAN (parfois les listes des 4 techniques du YONDAN diffèrent)
    • MAE OTOSHI
    • KAITEN NAGE
    • KUBI NAGE
    • TE GURUMA

2.2 - Les attaques qu'UKE porte

  • 11 attaques de face… 
    1. Saisie directe d'un poignet par l'avant (MAE KATATE DORI) en tirant. 
    2. Saisie croisée d'un poignet de face (MAE DOSOKUTE DORI) en tirant. 
    3. Saisie d'un poignet à deux mains de face (MAE RYOTE HIPO DORI).
    4. Saisie des deux poignets des deux mains de face (MAE RYOTE DORI) sur place. 
    5. Saisie des 2 manches à 2 mains (MAE RYO UDE DORI) sur place. 
    6. Saisie de(s) revers à une main, suivie (ou non) d'un coup de poing visage (MAE SODE DORI / UCHI KOMI JODAN). 
    7. Étranglement à deux mains de face (MAE RYOTE JIME). 
    8. Étranglement à deux mains de face avec le col (MAE RYOTE ERI JIME).
    9. Saisie des cheveux de face et tentative d’ATEMI au visage (MAE KAMI DORI / JODAN ATE). 
    10. Tentative d'encerclement de face (MAE UWATE DORI / MAE KUMI UCHI KUWADATE).
    11. TORI frappe MEN, UKE bloque avec AGE UKE et saisie la main de TORI. 
  • 1 attaque latérale.
    1. UKE dépasse TORI latéralement et lui saisit le poignet pour le tirer vers l’avant (YOKO TE DORI TSUKAMI) 
  • 4 attaques par l’arrière. 
    1. Saisie des 2 poignets par derrière et tirade (USHIRO RYOTE DORI)
    2. Saisie directe d'un poignet par l'arrière suivie d'une tentative d'étranglement (USHIRO KATATE DORI / USHIRO JIME)
    3. Saisie des 2 manches à 2 mains par derrière (USHIRO RYO UDE DORI) sur place.
    4. Étranglement à deux mains par derrière (USHIRO RYOTE JIME). 

3 - Alors combien de techniques ?


3.1 - Au niveau SHODAN

En réalité, on imagine vite que pour le 1er DAN, on doit travailler : 
4 techniques x 16 attaques = 64 KIHON de base
Cela fait déjà un travail tout à fait conséquent... et on accentuera le travail de placement... 
  • les UNSOKU (placements) et les TAISABAKI (déplacements)
  • Le travail de compréhension des TE-HODOKI (dessaisies)

3.2 - Au niveau NIDAN

Si au SHODAN on laisse l'élève libre de choisir la main avec laquelle il travaille et la main sur laquelle il va travailler... En réalité, on peut largement approfondir le travail.
En effet, on peut toujours considérer les 16 attaques de bases... avec 8 techniques (et non 4) mais on peut travailler sur la main qu'UKE utilise ou sur l'autre main (celle qui frappe par exemple) et TORI peut très bien porter ses clefs avec la main qui est saisie ou avec l'autre main... In finé cela fait 4 entrées possibles... Si dans un premier temps le candidat au NIDAN doit être en mesure de proposer 1 solution... il faut qu'en réalité si il approfondit le travail, il les trouve toutes... Ainsi... 
8 techniques x 16 attaques x 4 entrées = 512 KIHON !!!!
De quoi occuper quelques heures de pratique sur les tapis...
Et n'oubliez pas l'autre main!!! Les 512 KIHON doivent être maîtrisés à DROITE et à GAUCHE... En général, si vous êtes droitier, il faut travailler 2 à 3 fois plus de la main gauche pour espérer récupérer le déficit de motricité... Mais un BUDOKA est ambidextre (au fait, pour les gauchers, pas la peine...le monde étant fait pour les droitiers, ils bossent déjà 2 fois plus tout le temps de la main droite...)

3.3 - Au niveau SANDAN...

Nous avons toujours nos 16 attaques de base... mais cette fois ci avec 12 techniques... nous avons toujours nos 4 entrées... Certains arguerons que pour le NIDAN quand les 2 mains saisissent, certaines combinaisons n'existent pas... 
  • C'est pourquoi an SANDAN, on rajoutera quelques attaques d'UKE en complément de la saisie... Ainsi la main libre peut porter TSUKI ou MAWASHI TSUKI, TSUKAMI... On peut également ajouter des ATAMA ATE (coup de tête) , des HIZA GERI (coup de genou) ou MAE GERI (coup de pied)... Il suffit de faire varier les distances... 
  • Bien sur, on continue de travailler à chaque fois sur chaque forme de TE HODOKI... 
  • Bien sur, on continue de travailler sur la main qui réalise la ou la main libre.
Ainsi... 
12 techniques x 16 attaques x 4 entrées x 2 variantes (mini) = 1536 KIHON !!!!
De quoi occuper quelques années de pratique sur les tapis...

Au niveau SANDAN, on sera particulièrement vigilant sur
  • La fluidité, la conservation de la tension dans les membres où l'on porte la technique.
  • La gestion du poids de corps d'UKE et le fait de le maintenir en déséquilibre...
Enfin, à noter que le SANDAN propose une technique particulièrement intéressante : MAE OTOSHI. C'est une projection parfaite pour le travail des déplacements : en effet, il ne peut pas y avoir d’à-coup ou d’arrêt dans les déplacements. UKE dot être mis sous tension par son bras dès le début et il y a ensuite un long travail de déplacement pendant lequel la tension doit être conservée sous peine de perdre le déséquilibre initialement créé. Etant donné que la projection n’utilise aucune force, si on perd ce déséquilibre alors UKE ne chutera pas. 

3.4 - Au niveau YONDAN...

On doit arriver à un niveau de fluidité qui permet en fait de s'affranchir des attaques et de demander à UKE d'attaquer de manière libre...  On en est plus à compter les KIHON... On peut arriver même à travailler 
  • avec plusieurs UKE sans temps mort.
  • avec un bandeau sur les yeux pour un travail de sensation.
  • en introduisant des armes (TAMBO, TANTO, BO, JO...) .
Voilà ce que cela peut donner par le grand Maître MOCHIZUKI... 


4 - Et ca n'est pas fini.. 

Pour aller plus loin, on peut même travailler sur le timing d'intervention... (le DE-AI)

Au SHODAN : GO NO SEN : classique… c’est un travail de KIHON technique - UKE porte sa saisie, on le laisse faire - puis on réagit.

Au NIDAN : TAI NO SEN : On ajoute l’UNSOKU systématique pour rendre la clef « efficace ». (Pour tester le déplacement et le "point de moindre force" d’UKE, TORI se place à genou et fait tout le travail) 

Au SANDAN : SEN NO SEN : avant même que UKE ait finalisé sa saisie, TORI a déjà enclenché le déplacement pour inscrire sa clef dans le mouvement et l’intention d’UKE…

Au YONDAN : SENTE : Provoquer la réaction d’UKE dans laquelle on souhaite s’inscrire…


Tout un programme!! 16 clefs x 16 techniques = 256 techniques... Oui oui, mais si on va au fond des choses... il y a dans ces 256... quelques milliers d'heures de travail à intégrer UNSOKU, TANDOKU, TEHODOKI, KANSETSU, TAISABKI, HARA, KYOKU... En fait pratiquement tout l'AIKIJUJITSU... Vu le boulot, vous pouvez vous y mettre dès maintenant!!! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire