Pourquoi ce blog?

Ce blog n'engage que son auteur. Pour le moment les commentaires y sont libres et tout à fait acceptés. Merci d'y préserver les bonnes mœurs et la politesse. Les billets ne contiennent que des productions personnelles de l'auteur. Si certaines questions vous taraudent, n’hésitez pas à m'écrire, je pourrais faire de votre question, un sujet de réponse pour un prochain billet. Si vous souhaitez trouver des recommandations de lectures portant sur des livres d'arts martiaux en général, de self-defense, d'entrainement, ou de développement personnel,voyez mon autre blog! :-)

mardi 20 août 2013

Mettre du sens…


1 – Pourquoi ce billet ?


Plusieurs élèves au cours de leur cheminement des arts martiaux et notamment de leur travail sur le SHIN se heurtent à la « quête de sens » (sans être une règle générale, l’âge de ces derniers tourne le plus souvent autour de la trentaine…) « Mettre du sens », « faire sens », « trouver un sens à sa vie », les formulations sont nombreuses mais il est dans le cheminement naturel d’aspirer à des choses peut-être plus profondes, plus cohérentes, en tout cas moins tournées vers l’envie et la soif de découverte ou de satisfaction (qui est aussi une étape nécessaire). Une étape tournée vers un désir diffus de construire, d’avancer. Souvent faire un choix  revient à abandonner certaines options, certaines directions… …à moins que ce ne soit ne soit de ne pas choisir qui revient à limiter certains options, certaines directions ! Bref, si ces questions vous agitent un peu l’esprit, commencent à vous titiller où vont jusqu’à vous empêcher de dormir la nuit alors ce billet pourrait peut-être vous aider. De manière générale, la question du sens peut se poser lorsque l’on commence à trouver que sa vie manque de consistance, de cohérence…

 2 – Origines générales de l’absence du sens


Votre vie au quotidien n’est pas en adéquation avec vos aspirations profondes, peut-être même, et c’est d’ailleurs souvent le cas, que vous avez du mal à définir vos aspirations profondes… En effet, la plupart du temps, votre système de valeur est hérité de celui de vos parents et de la société dans laquelle vous avez grandi… sans rentrer dans le détail d’une explication trop rhétorique, ce système est cassé, rejeté (en bloc ou en partie) au moment de l’adolescence… On fait des expériences, on avance progressivement mais on subit également le rythme de la société, si ce n’est que par les études et votre premier emploi qui vous fait rentrer dans un rouage plus ou moins contrôlé mais dans lequel vous empiler les expériences dans un contexte moderne où le ratio entre temps « contraint » et temps « libre » et de moins en moins favorable (trajets, horaires de travail, contraintes administratives…). Du coup, votre système de valeur se construit de manière très empirique, sans vraie direction, tantôt par choix, tantôt par envie, tantôt par absence de décision, tantôt par le balai intense de la vie moderne…  Tout ceci peut alors manquer de sens, de cohérence et ce manque peut (va ?) alors devenir d’abord une source de questionnements, puis de gènes diffuses et d’inquiétudes voire de malaises plus profonds… Les « stratégies » que peut alors inventer l’esprit humain pour s’en préserver sont alors variées (refoulement, régression, attitude autodestructrice, quête personnelle, …) et ne sont pas systématiques (crise de la trentaine ou de la quarantaine, dépression nerveuse, crises d’angoisse, fuite en avant, inquiétudes et stress supérieurs à la moyenne, hypertension, douleurs articulaires…) Autant donc s’atteler aux racines de cette problématique.

3 - A la quête du sens, mais par où commencer ?


Nous l’avons vu, dans cette quête de sens : 2 problématiques principales se posent, parfois simultanément et à des degrés divers pour chacun d’entre nous :
  • La difficulté que l’on a parfois à trouver le sens de sa vie ou plus modestement au moins les grandes lignes directrices : ces lignes directrices sont essentielles pour éviter le superflu, arrêté de se perdre et de se disperser. Les grandes lignes sont multiples : s’occuper de sa famille, s’épanouir professionnellement, évoluer dans sa spiritualité, s’enrichir par les voyages, échanger avec les cultures étrangères, passer du bon temps avec ses amis/proches, s’éclater dans des activités « fun », s’engager dans des actions éthiques/sociales/politiques, avoir une vie sociale très active, multiplier les activités humanistes, avoir une « vocation »… etc
  • Rendre cohérente sa vie au quotidien avec les valeurs définies plus haut… A moins qu’ils ne faillent se rendre à l’évidence que les valeurs que vous pensez avoir ne vous correspondent pas… Il faut admettre une réalité. Par exemple, si vous pensez avoir pour priorité une vie de famille bien remplie mais que vous passez votre temps à satisfaire vos ambitions professionnelles (dans le but de satisfaire votre famille, un jour… mais pas les 25 première années…) alors, soit vous avez pour priorité de vie votre ambition professionnelle (dans ce cas acceptez le et vivez avec cela), c’est votre grille de valeur qui n’est pas cohérence avec votre vie quotidienne! Soit vous avez réellement pour priorité votre famille, dans ce cas, il vous faut revoir vos priorités quotidiennes et éviter que votre manière de vivre ne corresponde pas à ce que vous aspirez à être ! Et pour le dire de manière plus simple et plus directe, si vous avez pour principe de vie d’être un « type bien » mais que vous vous comportez pendant 25 ans comme un tocard, il y a pas mal de chance que vous en soyez au final… A vous de voir.
Bien-sûr, il est difficile de rendre sa vie cohérente si on a du mal à définir ses valeurs et réciproquement comment trouver ses valeurs dans un fatras incohérent d’activités et un tourbillon de sollicitations.


4 – Un outil pratique


Voici un outil relativement simple à utiliser qui permet de progressivement répondre à ces 2 aspects de la quête de sens. Il vous faut une grande feuille de papier et un stylo (jusque là, les infrastructures sont modestes) et environ 2 à 3 bonnes heures tous les 6 mois / 1 an (c’est peu cher payé pour trouver la direction dans laquelle marcher…). Cet outil est adaptable, vous pouvez bien sur l’appliquer tel quel ou le modifier en fonction de vous, de votre mode de vie, de votre âge, de la construction de votre environnement social…

Bref, sur la feuille, notez sans ordre, comme ça vient, en partant du centre de la feuille vers les extérieurs…
  • Les activités ponctuelles : Chacune de ces informations est à quantifier en nombre de jours/an… WE à l’extérieur, WE en famille, WE avec des amis, WE en couple, WE avec les enfants, stages, vacances, voyages, anniversaires, mariages, sorties professionnelles, formation, etc… 
  • Les activités régulières : Chacune de ces informations est à quantifier en nombre d’heure/mois ou nombre d’heures/semaine : sport, boulot, TV, Internet, sorties, lectures, glandouille, moments intimes, activités sociales, activités loisirs, repas, repos, sieste,... La liste dépend de votre façon de vivre, inutile d’avoir trop de catégories
Surtout pas de tableaux, pas de cases, plutôt des bulles. A la fin vous aurez déjà naturellement une vue de ce qui prend de la place dans votre vie au sens pratique (en temps) et au sens psychologique (qu’est-ce qui vous est venu à l’esprit en premier)… ce qui se trouve sur le bord, est-il un oubli ? Un choix ? Une satisfaction ? Une occasion de le pousser en dehors de la feuille ? Un malaise ? etc…

Ensuite, photocopier cette feuille et travailler dessus :
  • Noter les incohérences, les trucs bizarres…mettre des points d’interrogation (cela peut être une activité anormalement élevée ou basse…ce truc permet par exemple de se rendre compte que vous faîtes 5 WE famille dans l’année alors que votre famille éloignée ce n’est pas votre truc… ou que vous ne fêtes qu’un voyage tous les 3 ans alors que vous adorez les voyages…). 
  • Essayer de dégager des dénominateurs communs, entourez les trucs qui vont ensemble… pour tenter de dégager des lignes de vie, des lignes de sens… 
  • Vous pouvez mettre des mots simple : ‘justice’, ‘amitié’, ‘foi’, ‘bonheur’, ‘plaisir’, ‘découverte’, ‘savoir’… il s’agit de concept, de valeurs, les vôtres, celles auxquelles vous raccrocheriez telle ou telle activité…
Sur une autre feuille : vous pouvez ensuite noter vos valeurs, ce qui est important pour vous… (Au début, cela peut ne pas être possible dès la première utilisation) et vous allez pouvoir enrichir et retravailler sur la mise en cohérence… est-il normal qu’un truc important représente si peu au quotidien ou qu’un truc au contraire dont vous n’avez rien à faire prenne autant de temps ??? Cela permet de se poser les questions de ses vrais valeurs, du sens à donner aux choses, et petit à petit de dessiner le sens...


5 - Et après?


Cet outil est vivant, vous pouvez le reprendre quelques mois après, garder les historiques, le refaire ex-nihilo et le comparer après coup à une version antérieure, etc… tout ceci permettant dans le temps, de petit à petit construire. Il est crucial d’écrire sur une feuille et de fixer vos idées et réflexions sur un support, car cela crée une « carte heuristique » (mindmap) qui va s’imprimer petit à petit et votre réflexion à pouvoir doucement mâturer et s’approfondir… d’une multitude d’actions sans cohérence, des directions vont se définir petit à petit et pour progressivement s’aligner, se rejoindre et ainsi de suite...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire